fbpx

Seul.e face à la peur du changement

Que l’on souffre de solitude, que l’on ne soit plus heureux dans un couple ou au travail, que notre maison ne convient plus à nos besoins, que nos comportements/nos pensées/nos croyances qui nous étaient utiles dans le passé nous nuisent aujourd’hui, peu importe, dans n’importe quelle sphère de notre vie, il vient un temps où le changement est nécessaire et même salutaire.

Dans mon ancienne vie comme sergente-détective, nous avions « accueilli » dans nos rangs, un nouvel inspecteur qui venait d’une autre organisation policière. Déjà là, plusieurs, attendaient la nouveauté avec une brique et un fanal. Moi, je le voyais comme un vent de fraicheur qui représentait un espoir de renouveau. Un espoir qu’il trouverait une solution pour mieux gérer notre surcharge de travail et pour améliorer l’ambiance négative, voire toxique qui régnait au département. Certains collègues faisaient du chialage leur activité favorite et contaminaient l’ambiance de travail. Il y avait (et fort probablement c’est encore comme ça aujourd’hui) alors beaucoup de frustrations. Nous avions grandement besoin de changements.

Lorsque l’inspecteur a proposé son plan pour améliorer les choses, il nous a présenté cette image. Il avait vu juste, même avant de nous présenter ses idées. Beaucoup voulaient du changement, mais il n’y avait pas grand monde qui était prêt à changer leurs façons d’être et leurs façons de faire. Il a donc rencontré beaucoup de résistance. Malgré ses bonnes intentions, n’ayant pas eu la coopération de la majorité, l’ambiance et la surcharge de travail n’ont pas vraiment changé et le moral des troupes volait à son plus haut. Plusieurs collègues sont partis en congés de maladie, dont moi à un moment donné et je n’y suis plus jamais retournée…

La seule chose qui ne change pas dans ce monde est le changement. Nous changeons en vieillissant, les autres aussi. Notre travail se modernise, la société évolue avec le temps, notre climat change et malheureusement pas pour le mieux, la nature se renouvelle, nos perceptions, nos croyances, nos valeurs et nos pensées changent. On peut être certain qu’il y aura toujours du changement et ça, ça ne changera pas!

La peur du changement :

Il est bien vrai que le changement peut faire peur pour la majorité d’entre nous. Il y a des fois où l’on sait d’avance ce qui changera et nous restons quand même dans un état d’incertitude et d’autres fois, nous ne pouvons savoir d’avance ce qui sera différent, ce qui peut être encore plus angoissant.

Alors qu’est-ce que l’on fait pour mieux accueillir le changement? On fait confiance. On fait confiance que nous serons capable de s’y adapter comme tous nos ancêtres ont été capables de le faire depuis l’ère des cavernes. S’il n’y avait pas eu de changements ou d’évolution, on serait encore en train de grelotter l’hiver dans nos cavernes à manger des mammouths rôtis. Je ne sais pas pour vous, mais moi, je préfère de loin dormir dans ma douillette et manger des sushis!

On peut faire confiance en la vie aussi. On fait confiance qu’elle sait ce qui est mieux pour nous et j’en ai moi-même fait l’expérience. Mes deux dépressions étaient, à prime à bord, vues comme des épreuves pour moi, un malheur, mais elles ont finalement été très bénéfiques pour mon cheminement personnel vers un plus grand bonheur.

Je fais le grand saut pour réorienter ma carrière et oui, c’est épeurant, mais excitant à la fois. J’ai réussi à me libérer des chaines du gros salaire, pour aller vers quoi exactement? J’ai une idée, rien n’est clair, mais je me fais confiance que je saurai bien m’en sortir et j’ose croire que la vie sera douce pour la personne qui suit son cœur.  

Le changement est parfois comme quand on marche dans un épais brouillard. Nous ne voyons pas où le chemin nous mènera. L’inconnu fait peur certes, mais lorsque l’on est dans le brouillard, on peut quand même bien voir quelques mètres devant soi. Ça c’est rassurant. Et si je fais quelques pas en avant dans cet espace de clarté, j’aurai toujours cette même distance de clarté devant moi et c’est comme ça que je gagnerai du terrain en voyant toujours où je mets les pieds, un petit pas à la fois. C’est la stratégie des petits pas. Plutôt que de faire un gros changement d’un seul coup et risquer l’échec, il est peut-être mieux de diviser le changement en petites étapes et d’y aller progressivement.

 

Ne trouvez-vous pas que j’utilise beaucoup trop le mot changement dans mon texte? Je suis désolée, ça devient redondant, je devrais peut-être le changer! 😊

La résistance au changement:

Tout vient à changer à un moment donné et y résister sera que source de souffrance. Certains recherchent le changement, le souhaitent même alors que d’autres ne sont pas trop friands à la simple idée de voir les choses changer. Ces derniers auront donc deux choix, accepter ou résister.

Résister à ce qui est ou sera, surtout lorsque l’on n’a aucun contrôle sur ce qui change ou a changé, fera souffrir celui qui n’est pas ouvert ou prêt aux changements. S’accrocher à ce qui était, y rester attaché, chercher à nier la réalité sera lourd à porter dans son cœur. Résister limite la fluidité de l’évolution. Dire «On a toujours fait ça comme ça», c’est résister, c’est ce fermer à la possibilité de faire mieux.

Par contre, accepter (ce qui ne veut pas nécessairement dire être d’accord), lâcher sa prise sur le passé, sur ce qui ne nous appartient pas, sur ce qui ne peut plus être changé ou est hors de notre contrôle est très libérateur. Le cœur s’en sentira plus léger. Essayé juste pour voir et donnez-moi en des nouvelles!

Si vous vous retrouvez dans une situation inconfortable, frustrante, difficile, comme souffrir de solitude, il y a certainement des changements à apporter à diverses sphères de votre vie et de votre personne, puisque le but de la souffrance est de nous faire avancer. S’il peut être douloureux ou trop épeurant pour certains de changer, le statut quo peut être tout aussi douloureux. La tristesse, la colère, le découragement, la honte, la peur, ne sont que des messages pour changer pour le mieux. Vouloir tout contrôler est aussi source de souffrance et de stress.  La meilleure façon de face au changement est donc de s’y adapter.

Le changement pour le mieux :

La souffrance vient aussi de l’insatisfaction. Je ne vous apprends rien là, mais saviez-vous que l’insatisfaction est l’écart entre ce qui est et ce que l’on aimerait que ce soit? Plus l’écart est grand, plus la souffrance le sera.

ÉTAT ACTUEL —————- >   SOUFFRANCES  —————— >  ÉTAT DÉSIRÉ

Je suis comme ci, mais je voudrais être comme ça…

Mon conjoint est ainsi, mais j’aimerais qu’il soit plus de ça…

Mon travail est ceci, alors que j’espérais qu’il soit comme cela…

Mon enfant a tel défaut, alors que j’aurais aimé qu’il ait telle qualité…

Je fais ceci, mais je voudrais faire cela…

Si, avec l’acceptation de ce qui est présentement ou avec l’effort d’apporter des changements vers l’état désiré, on vient à réduire l’écart entre les deux, la souffrance et l’insatisfaction en seront réduites, voir même éliminées.

Si on ne change rien, rien ne changera. Si vous souffrez de solitude, il n’y a qu’une chose à faire : accepter. Soit accepter de vivre cette situation, la souffrance qui vient avec et ne rien faire, c’est le statu quo ou soit accepter d’apporter les changements nécessaires.

Bonnes réflexions.

Avec toute ma bienveillance,

Votre Web-amie Mélanie

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Courriel
Partager sur print
Imprimer
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Parce que bien souvent, juste parler fait du bien ! » 

Comment brille votre ampoule ?

Depuis un an, une tendance que j’avais depuis longtemps, s’est aggravée… Vous voyez, je me suis toujours intéressée au développement personnel, mais là, j’en suis devenue une boulimique tellement que j’en mange! Je me suis inscrite la semaine passée, en plus de ma formation en PNL (programmation neurolinguistique) que je suis à terminer, à une

Lire la suite »

Faites-lui une fleur pour la fêtes des mères.

Offrez un cadeau original et empreint de bienveillance à votre chère maman qui vit seule. Quand on est un(e) professionnel(le) et qu’on a des enfants à s’occuper, il nous manque trop souvent de temps à consacrer à soi-même, à notre couple et à nos parents. Je ne le sais pas pour vous, mais moi je

Lire la suite »

Mon histoire amour-haine avec la solitude

La première fois que la solitude a croisé mon chemin, c’était quelques mois après être déménagée seule dans un petit appartement. Après la fierté de voler de mes propres ailes du nid familial au début de ma carrière policière, la réalité m’a frappée. Même si j’avais des amies et ma famille proche, je n’osais pas

Lire la suite »

Êtes-vous une grenouille en danger?

Avez-vous déjà entendu l’histoire de la grenouille dans la marmite? Oui? Permettez-moi de l’écrire à ma façon juste parce que j’aime bien écrire. C’est l’histoire d’une petite grenouille qui se baigne dans une marmite d’eau froide et elle est bien heureuse d’être contente! À son insu, on allume le feu sous la marmite et très

Lire la suite »

Les morceaux de cœurs brisés et esseulés peuvent être recollés!

Depuis que je me consacre à offrir du soutien aux personnes qui sont malheureuses en compagnie de la solitude, plusieurs ont eu la générosité de partager leur histoire avec moi et je suis touchée chaque fois par cette preuve de confiance. Les causes pour lesquelles elles se retrouvent seules diffèrent d’une personne à l’autre. Certains

Lire la suite »

La solitude, cette compagne silencieuse et dangereuse !

Livret d’information sur les effets néfastes de la solitude sur la santé physique et mentale vous est offert GRATUITEMENT. Ses causes, des ressources en plus d’idées pour briser la solitude y sont inclus.      Inscrivez-vous ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page