fbpx

Mon histoire

Mélanie Bédard
Mélanie Bédard

Les coulisses de la réussite

D'une enfance heureuse à un couple heureux en passant par la solitude

Mélanie Bédard, mon histoire: Née dans une famille aimante dans un coin perdu de la campagne estrienne, j’ai eu une enfance heureuse à pratiquer mes sports favoris et à sauver les animaux errants du coin.

Une de mes grandes sœurs est devenue la troisième policière à être embauchée par la ville de Sherbrooke et comme j’aimais l’action, j’ai décidé que moi aussi, j’allais devenir policière. C’est donc en 1999 que j’ai fait mon entrée dans le monde de la police. Je pense même que nous étions les premières sœurs à travailler dans le même service de police au Québec. 

Lorsque j’ai quitté le nid familial pour aller vivre seule en appartement, j’étais bien heureuse de voler de mes propres ailes, mais rapidement la solitude s’est fait sentir. À un point tel que j’ai dû consulter une psychologue pour m’aider à moins en souffrir, et ce, même si je n’étais pas isolée, ayant des amies au travail et ma famille tout proche. C’est là que j’ai compris que l’on peut vivre de la solitude même si nous sommes bien entourés. Depuis, j’ai toujours été touchée par les gens seuls.

Heureusement, Cupidon a fait des siennes et j’ai rencontré mon conjoint au travail. Est-ce qu’on appelle ça un coup de foudre lorsque l’on se construit une maison avec un homme que l’on a fréquenté que pendant un mois à peine et avec qui l’on n’a jamais habité ? Certains diraient que c’est de la folie, moi j’appelle ça de l’intuition ! Mon intuition avait donc raison, car après 15 ans de vie commune, deux enfants, deux chevaux, deux chats et deux chiens, nous sommes toujours aussi amoureux. 

Je me souviens, là où l’on demeurait dans un autre coin perdu de l’Estrie, plusieurs de nos voisins vivaient seuls et de les voir passer la période des fêtes sans ami ni famille m’attristait beaucoup. Je leur cuisinais donc de petites bouchées sucrées que j’allais déposer « en cachette » sur le pas de leur porte à Noël avec les enfants. Un petit geste pour qu’ils sachent que quelqu’un pensait à eux.

Quand la vie me fait des jambettes !

C’est en 2013 que ma vie a commencé à être un peu moins rose bonbon. Pris avec un voisin déplaisant qui nous avait volé notre paix d’esprit, nous avons décidé de tout vendre et de nous reconstruire, mais cette fois-ci dans un coin moins perdu de la région! Un endroit enchanteur où lac et montagne font partie de notre paysage quotidien.

Par contre, le stress occasionné par ce bouleversement dans notre vie a été trop pour mon corps. Ce corps a développé la polyarthrite rhumatoïde pour me faire comprendre que je devais mieux prendre soin de moi à l’avenir. Ayant de la difficulté à m’adapter aux nombreux changements qu’occasionnaient cette maladie dans ma vie, j’ai fait ma première dépression en 2015. Pour moi, ça été une belle occasion à saisir pour rebondir et débuter un long cheminement personnel.

Je reviens au travail avec projet professionnel qui avait commencé à mijoter dans ma tête durant mon absence. Un projet qui mettait en valeur mon besoin d’aider et de faire une différence dans la vie des gens. En osant croire en moi, j’ai pu humaniser davantage le processus judiciaire avec une approche empreinte de compassion et ce, avec ce qui m’a toujours passionné, un chien!

Kanak et les chiens de soutien émotionnel

Inspirée par ce qui se faisait déjà aux États-Unis, j’ai mis en place le tout premier projet de chiens de soutien pour victimes d’actes criminels. Des chien de la Fondation Mira qui ont comme mission de réconforter les enfants victimes d’abus physiques et sexuels à travers tout le processus judiciaire et même lors de leur témoignage devant le juge ! L’objectif est d’apporter davantage de compassion, de réconfort et d’humanité (avec un chien, c’est drôle à dire !) à nos interventions pour que le processus judiciaire soit moins pénible pour les victimes, déjà éprouvées par les événements. 

 

Mélanie Bédard et ma famille
Mélanie Bédard Prix Mérite Estrien

Crédit photo: Jessica Garneau

Émission Deux hommes en or avec Patrick Lagacé et Pierre-Yves Lord

Mélanie Bédard à Deux hommes en or

Crédit photo: Robert Ferron

Émission Deux filles le matin

Mélanie Bédard à Deux fille le matin
Logo

Un projet qui me passionnait, mais qui m’a demandé de sortir (de beaucoup) de ma zone de confort pour parler devant les caméras et devant un public lors de conférences… internationales! Pour moi, Mélanie Bédard, qui suis de nature très discrète et introvertie, c’était tout un défi, mais curieusement, j’aimais cela ! J’ai été invité sur les plateaux de plusieurs émissions télévisées. J’ai également reçu plusieurs prix reconnaissance pour un projet qui a aussi inspiré plusieurs autres professionnels de la province à travailler, eux aussi, avec un chien de soutien. À ce jour, il y en a plus d’une vingtaine au Québec et quelques-uns en Europe. 

Le chien avec lequel je travaillais s’appelait Kanak (en fait il s’appelle toujours Kanak) et pendant 3 ans et demi, nous étions demandés pour accompagner les victimes et leurs familles lors des pires crimes ou événements qui puissent exister. Que ce soit lors de meurtres, de noyades, de suicides et d’agressions sexuelles dont plusieurs des victimes étaient des enfants. Bref, vous comprendrez que les victimes apportaient avec elles une grande charge émotive. J’adorais mon travail avec Kanak, mais pour l’hypersensible que je suis, ma grande empathie envers elles avait beaucoup trop d’impact sur moi. Après 21 ans comme policière, ma veste pare-balle était heureusement toujours intacte, mais ma veste pare-émotions elle, était usée à la corde et ne pouvait plus être raccommodée. Je suis tombée d’épuisement.

La fatigue de compassion et le stress post-traumatique

Une deuxième dépression, cette fois liée à la fatigue de compassion et à des symptômes de stress post-traumatique. Alors me voilà donc à nouveau en congé de maladie. Moi qui pensais retourner au travail après un mois de repos, je m’étais royalement trompée ! Mon corps, mon cœur et mon esprit, ont fortement protesté d’avoir été à nouveau négligés et ils ne voulaient plus retourner dans un milieu qui n’était plus ma place. Les symptômes qu’ils ont manifestés étaient tels qu’à mon grand désarroi, j’ai compris après plusieurs mois que je ne serais plus capable de retourner travailler avec mon cher Kanak. J’ai donc dû remettre à une collègue, avec beaucoup de difficultés, la laisse qui retenait mon cœur. 

De retour avec un autre projet innovateur, être une Web-amie

C’est donc un retour en force, avec un deuxième projet innovateur qu’humblement, je me présente à vous en vous offrant mes services comme Web-amie. Ayant toujours le fort désir d’aider les autres, je souhaite faire ma différence auprès des gens, mais dans un contexte beaucoup plus positif cette fois. C’est pendant la pandémie du coronavirus que j’ai été frappée à nouveau par la souffrance des gens seuls, surtout par celle des aînés. Cela m’a rappelé de mauvais souvenirs lorsque j’ai souffert de ma période de solitude plus jeune et il m’est alors venu l’idée de devenir une Web-amie.

J’aspire également à devenir coach de vie-auteure-conférencière pour partager mon histoire et inspirer ceux qui vivent des épreuves difficiles, leur insuffler l’espoir qu’une vie meilleure est tout à fait possible après la souffrance. En fait, c’est la souffrance qui est le tremplin du changement !  Je veux donc aider les gens à trouver un sens à leur vie et se choisir une carrière qui leur convient, selon leurs passions et leurs besoins. Je suis la parfaite exemple que lorsque l’on est transporté par la passion et la conviction, tout est possible.  

J’espère que j’aurai donc le privilège de vous rencontrer en personne à l’occasion d’une conférence, d’un coaching ou de façon virtuelle comme Web-amie. J’ai vraiment envie de partager avec vous mes expériences de vie et le bonheur que l’on ressent lorsque l’on s’autorise à être vraiment soi-même. Je veux vous faire sentir que vous êtes capables, vous aussi, de réaliser vos projets, vos rêves et ce, peu importe le niveau de confiance actuel qui vous habite. C’est par l’action que l’on gagne confiance en soi et non pas par la simple pensée positive.

Au plaisir de vous rencontrer et entre-temps, prenez soin de vous. 

Avec bienveillance,

Mélanie Bédard

Mélanie Bédard
Mélanie Bédard Web-amie

Comment puis-je vous aider?

Est-ce que vous ou un de vos proches, souffrez de solitude et vous vous ennuyez toute la journée ? Aimeriez-vous développer une amitié avec une personne de confiance, chaleureuse et bienveillante qui saura vous écouter et discuter de ce qui vous intéresse ? Avez-vous envie de partager vos histoires et leçons de vie ? Oui, alors cliquez sur le bouton Web-amie pour avoir plus d’informations sur ce tout nouveau service au Québec.

Si vous désirez offrir à vos élèves, vos employé(e)s ou à vos membres une conférence sur la résilience lors de moments difficiles, sur l’importance de leurs trouver un sens, sur la confiance en soi ainsi que sur l’importance de choisir une carrière en accord avec ses besoins et ses passions, cliquez sur le bouton Conférences pour avoir plus d’informations sur ce service.

Mélanie votre Web-Amie
Mélanie Bédard Conférence Seattle
Retour haut de page