Es-tu plus comme Annie ou Julie ?

Es-tu plus comme Annie ou Julie ?

Y’a 25 ans, deux jeunes femmes sortaient de l’école de police avec leur diplôme en main. Elles étaient fières 🤩, remplies d’ambition et de courage. Elles se ressemblaient, ayant sensiblement la même personnalité, les mêmes intérêts et venaient du même quartier modeste.
 
Y’a pas longtemps, elles se sont retrouvées pour prendre des nouvelles. Les 2 avaient de merveilleux enfants et conjoints ainsi qu’une belle qualité de vie qui, de l’extérieur, pouvait faire l’envie de plusieurs…
 
Mais, il y avait une différence… Et elle était majeure.
 
Une avait réussi sa vie étant heureuse, assumée et épanouie et l’autre ressentait un vide intérieur 😔, se sentait souvent déprimée, que sa vie ne faisait plus de sens et avait l’impression de stagner.
 
Julie était rayonnante🌞, adorait toujours son travail, avait le sentiment qu’elle faisait une différence autour d’elle et était débordante d’énergie. 🤩
 
Annie elle, ne trouvait aucun plaisir dans son quotidien ressentant de la frustration, de l’envie et se demandait pourquoi elle restait dans un travail qui l’ennuyait …
 
Qu’est-ce qui s’est passé ?
 
Mais qu’est-ce qui a pu faire la différence entre ces deux femmes qui partaient sur les mêmes bases ?
 
C’est pas une différence au niveau de l’intelligence, de l’éducation, de l’entourage ou d’un talent spécial.
 
C’est pas qu’une personne voulait atteindre le bonheur plus que l’autre… Comme tout le monde, les deux voulaient s’accomplir et avaient des rêves.
 
La différence se situe au niveau de leur responsabilisation face à leur bonheur. 😲
 
Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, je t’écris pour te rappeler qu’on est les premiers ☝🏽 responsables de notre bien-être.
 
C’est pas la job à personne d’autre que toi de jardiner ton bonheur. Pas ton chum, pas ta mère, surtout pas tes enfants, ni tes amies ou ton boss.
 
Julie 👮🏽‍♀️ s’accordait du temps pour se ressourcer à travers toutes ses obligations. C’était un « non-négociable » d’avoir un rendez-vous avec elle-même chaque semaine. Elle s’affirmait, se priorisait et mettait ses limites tout en prenant soin de ses proches.
 
Elle refusait ❌ d’être arrêtée par ses peurs et valorisait tous les challenges qui lui permettaient d’évoluer comme personne. Elle se savait la seule maitre de son bonheur et ne remettait pas ce pouvoir dans les mains 🤲🏽 de personne.
 
À travers toutes les dépenses de la famille, une partie était réservée pour ses besoins lui permettant de s’épanouir.
 
Annie, elle, avait une approche de vie fort différente…
 
Elle se cachait 🙈 derrière toutes sortes de raisons logiques pour pas se prioriser :
 
Entre le football de son grand et le piano de sa petite, le travail, le conjoint et les tâches à la maison, il restait plus de temps pour elle pensait-elle.
 
Elle avait tendance à se victimiser, à ressentir de la colère et mettait tout ça sur le dos de la préménopause.😓
 
Elle évitait de se regarder dans le blanc des yeux 👀 dans le miroir quand elle se voyait cernée, se disant que c’était ça la vie de maman.
 
Elle restait confortable dans sa zone de confort et se contentait d’une vie sans défi, sans difficulté, sans émotion, sans inconfort…
 
La question qui tue : Pourquoi la deuxième agissait comme ça ?
 
C’est qu’elle n’avait pas conscience que ses façons d’agir et de penser étaient ce qui lui causaient de la souffrance. Elle réalisait pas qu’elle était la source de son mal-être, croyant à tort que c’était la faute de tout ce qui l’entourait (Boss, enfants, conjoint, collègues, ses parents, etc)
 
Tsé, on s’est pas ce qu’on sait pas ! 🤷🏽‍♀️ et c’est pour ça que le groupe des Jardinières 👨🏽‍🌾 de pensées existe.
 
Pourquoi un groupe de Jardinières de pensées ?
 
Les jardinières qui fréquentent ce jardin communautaire sont là, solidaires les unes des autres, pour apprendre à cultiver leur bonheur, pour s’encourager, partager et grandir ensemble.
 
L’accompagnement personnalisé qu’elles reçoivent aide ces femme qui se sentent fanées 🥀 de l’intérieur (comme Annie) à sortir de leur mal-être pour rayonner 🌞 comme Julie.
 
En cultivant leur bonheur dans ce groupe de croissance, elles se garantissent un jardin mental épanoui qui leur procure :
 
🌸 Bien-être et amour de soi en s’autorisant à être elles-mêmes
🌸 Un sentiment de légèreté et liberté en se libérant de l’emprise de leurs peurs
🌸 Du sens et de la profondeur à leur vie en ayant un sentiment profond d’exister pour faire leur différence
🌸 Et du plaisir et de la satisfaction alors qu’elles réalisent leurs rêves
 
Les jardinières de pensées ne seront pas laissées à elles-mêmes face à leurs peurs, leurs doutes et leur auto-saboteur. Elles s’appuient sur les outils à leurs dispositions le temps de solidifier leur estime, leur confiance et leur santé mentale.
 
Avec tout ce dont elles reçoivent, elles retrouvent rapidement du pouvoir sur leur vie ayant accès à des connaissances cumulées au fil de 38 000 $ investis en formation et d’expériences de vie pour leur permettre se sentir plus forte. 💪🏽
 
Ce n’est qu’une fois dans ce jardin de croissance qu’elles se rendent compte à quel point ce milieu fait toute la différence pour elles !
 
Si on revient à Julie et Annie…
 
Tu sais, à propos des deux policières 👮🏽‍♀️… les deux avaient les mêmes opportunités, les mêmes ressources et accès à la même aide…
 
Alors qu’elle a été le point tournant ?
 
C’est au niveau de leur responsabilisation face à leur bonheur.
 
L’une s’est responsabilisée en prenant la route du développement personnel pour travailler sur son évolution et en allant chercher ressources et les outils nécessaires pour y parvenir.
 
L’autre a pris le chemin gravelle de la déresponsabilisation en laissant les autres s’occuper de son bonheur. Ce qui n’est jamais arrivé…
 
Je peux pas te promettre que t’auras jamais plus de tempêtes dans ta vie après tes séances de jardinage. La vie amène son lot de hauts et de bas. C’est comme ça 🤷🏽‍♀️.
 
Mais entre les montagnes russes 🎢 de ta vie, tu te sentiras heureuse, épanouie et libérée. Et lorsqu’un orage se présentera, t’auras les outils nécessaires pour y faire face plus rapidement, plus facilement et avec confiance, ayant développé ta résilience.
 
Ça sera pas une question de Si tu vas être capable de te sortir plus forte après une tempête, mais QUAND tu seras outillée pour le faire ?
 
Dis-moi si ça te parle tout ça ? Écris « Oui ✋🏽 » en commentaire si tu te reconnais en Annie d’une certaine façon.
 
Mélanie et les 3 coachs canins 🐶 pour humains

Pour partager :

Facebook
LinkedIn
Email
Print

Ton normal n’est pas normal !

Ton normal n’est pas normal ! Quand ça fait longtemps qu’on vit quelque chose, ça devient notre normalité. Mais ça veut pas dire que c’est normal ou sain ! Quand tu es tout le temps triste ou anxieuse 😱 puis que tu te sens lourde en dedans; Quand tu te

Lire la suite »

Es-tu plus comme Annie ou Julie ?

Es-tu plus comme Annie ou Julie ? Y’a 25 ans, deux jeunes femmes sortaient de l’école de police avec leur diplôme en main. Elles étaient fières , remplies d’ambition et de courage. Elles se ressemblaient, ayant sensiblement la même personnalité, les mêmes intérêts et venaient du même quartier modeste. Y’a pas longtemps,

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut