Est-ce possible d’être heureuse même si nos enfants adultes ne le sont pas ?

Est-ce possible d'être heureuse même si nos enfants ne le sont pas ?

 
Est-ce qu’une maman peut et a le droit d’être heureuse même si ses enfants adultes ne le sont pas ? 🤔

Une maman m’écrivait ceci dernièrement, attristée par le fait qu’un de ses enfants (adulte) n’était pas heureux  :

« On dit qu’une mère ne peut pas être plus heureuse que le plus malheureux de ses enfants. » Je me sens comme ça.

Depuis que j’ai des enfants, je sens que mon âme est fractionnée en morceaux 💔. Et que je ne peux être heureuse que si ces morceaux sont en paix et en harmonie. »
 
Fin du partage de la maman.

Je peux tout à fait comprendre que l’on puisse penser ça, mais je ne suis pas du tout d’accord 🤯.

Voici quelle a été ma réponse pour elle un peu plus bas.  Je trouvais important de te partager cet échange si jamais tu pensais comme cette maman.

Après avoir lu mon retour, elle était bien d’accord et n’avait pas réalisé qu’on puisse voir les choses autrement. C’est là qu’elle a compris la force du coaching 😁 :

« Je comprends que tu puisses te sentir comme ça quand on croit à cette façon de penser; quand on a intégré ce biais cognitif, cette erreur de pensée. Car il s’agit bien ici que d’une croyance et d’une règle personnelle qui est très limitante et souffrante.

Alors une maman n’a pas le droit d’être heureuse si son enfant ne prend pas la responsabilité de son bonheur ?

S’il fait des mauvais choix pour lui-même ?

S’il refuse d’aller chercher de l’aide et d’admettre qu’il ne va pas bien ?

Elle est condamnée à être affectée par le bonheur, ou non, de ses enfants ?
 
Telle une victime de son entourage ? 😬
 
Quel pouvoir donné à ses enfants !

Nous sommes les premiers responsables de notre bonheur et bien-être. Ce n’est plus la responsabilité de la maman de s’assurer du bonheur de ses enfants une fois adultes.

Ce serait de jouer le rôle du sauveur🦸🏽‍♀️, ce qui n’est pas sain dans nos relations, tout comme être un persécuteur ou une victime.

Plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens. 😇

Mais quand on croit qu’une maman mérite et peut être heureuse, malgré les choix de ses enfants adultes, c’est tout à fait possible d’y parvenir, alors que l’autre façon de penser n’offre aucune possibilité de bonheur (si l’enfant fait des mauvais choix ou ne travaille pas sur lui-même).

Cette erreur de pensée nous condamne à vivre en mode « victime » de circonstances hors de notre contrôle, victime des autres. On remet le poids de notre bonheur sur le dos des autres.
 
Est-ce qu’ils demandent ça ?  Non.
 
Est-ce un gros fardeau à porter ? Oui !

Une maman peut soutenir, écouter, aider, réconforter, encourager, faire preuve d’empathie et de compassion envers ses enfants tout en étant heureuse 😍 de sa propre vie.

Prendre la responsabilité du bonheur des autres sur ses épaules revient à leur enlever ce pouvoir sur leur vie.

Qu’adviendrait-il, dans un esprit malveillant ou de vengeance, si l’enfant adulte s’auto-saboterait consciemment pour faire souffrir sa mère ? 😬

Être affectée par les émotions 😭 des autres, c’est être sympathique et ça ma chère amie, c’est le chemin vers la fatigue de compassion… (Et être fusionnel avec les autres, si tel est le cas, n’est pas sain non plus). Par contre, être empathique, comprendre ce que l’autre vit, est important pour approfondir la relation.

Comme quoi cette croyance qu’une maman ne peut pas être heureuse si un enfant ne l’est pas est source de grandes souffrances. Heureusement, il est possible de la changer pour une croyance plus aidante comme « Même si mes enfants ne prennent pas leur bonheur en main, j’ai le droit et le devoir de prendre le mien en main 👐🏽».

Qu’en penses-tu toi ? 🤔
 
Est-ce qu’une maman a le droit d’être heureuse même si ses enfants ne le sont pas ?

J’ai hâte de lire ta réponse et d’échanger.

Ta Jardinière de pensées 👩🏽‍🌾🌺🌷

Pour partager :

Facebook
LinkedIn
Email
Print

Ton normal n’est pas normal !

Ton normal n’est pas normal ! Quand ça fait longtemps qu’on vit quelque chose, ça devient notre normalité. Mais ça veut pas dire que c’est normal ou sain ! Quand tu es tout le temps triste ou anxieuse 😱 puis que tu te sens lourde en dedans; Quand tu te

Lire la suite »

Es-tu plus comme Annie ou Julie ?

Es-tu plus comme Annie ou Julie ? Y’a 25 ans, deux jeunes femmes sortaient de l’école de police avec leur diplôme en main. Elles étaient fières , remplies d’ambition et de courage. Elles se ressemblaient, ayant sensiblement la même personnalité, les mêmes intérêts et venaient du même quartier modeste. Y’a pas longtemps,

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut